Qu'est-ce que l'Analyse Transactionnelle ?

  

L’analyse transactionnelle a été développée par un psychiatre américain, psychanalyste de formation, Eric Berne, pendant les années 1950 à 1970. Il s’agit selon la définition officielle de l'Association Internationale d'Analyse Transactionnelle (ITAA) "d’une théorie de la personnalité et d’une psychothérapie systématique en vue d'une croissance personnelle et d'un changement personnel."

C’est une approche du courant des psychologies humanistes qui propose tout à la fois :

-   une théorie du développement et de la structure de la personne (la manière dont nous avons structuré notre personnalité en lien avec les évènements de notre passé, nos relations à nos parents et aux autres figures d’autorité). Il s’agit d’une approche historique de l’individu.

-   une théorie de la personnalité (la manière dont nous fonctionnons, dont nous interprétons le monde et les situations que nous vivons, ce qui nous conduit à agir de telle ou telle manière), c’est le niveau intrapsychique.

-   un modèle de psychologie sociale (la manière dont nous communiquons, dont nous menons les échanges que chacun de nous réalise en permanence avec les autres, la manière dont nous vivons en relation, dans notre couple, notre famille, dans les groupes et les organisations), c’est le niveau social et relationnel de l’analyse transactionnelle.

-   une théorie organisationnelle qui décrit la structure et le fonctionnement des groupes et des organisations.

L’analyse transactionnelle propose également une approche thérapeutique (dans le champ de la psychothérapie) décrivant des méthodes d’intervention dans une relation duelle ou en groupe pour permettre la résolution des difficultés éprouvées par les personnes et une approche d’intervention permettant de développer l’autonomie des personnes dans les champs de la guidance, de l’éducation, de l’organisation et la performance des groupes et des organisations

Après le décès d’Eric Berne, de nombreux apports conceptuels nouveaux ont été réalisés par d’autres analystes transactionnels, dont Richard Erskine, Fanita English, Claude Steiner, Steve Karpman, Franklin Ernst, Bob et Mary Goulding, John et Barbara Allen, Rosa Krausz, Carlo Moïso que nous aurons l’occasion de retrouver tout au long de cet ouvrage. L’analyse transactionnelle a connu dans les années 1970 des heures de gloire et de grande diffusion qui ont (à mon sens) nuit à sa diffusion auprès des professionnels. 

Cette période est passée, la profondeur de l’analyse transactionnelle est reconnue et de nombreuses écoles de coaching enseignent certains concepts d’AT au cours du cursus de formation de coach.

    


Eric Berne                    Fanita English              Bill Cornell                            Richard Erskine                           Steve Karpman


     
    Rosa Krausz                      Pamela Levin       Bernd Schmit                              Ted Novey               Claude Steiner

 

Carlo Moïso                   Eric Berne




Une théorie simple ?


Certains reprochent à l’AT son caractère simple. Les expressions employées pour la plupart des concepts sont compréhensibles par des enfants de 8 ans, comme le souhaitait Eric Berne. Celui-ci a voulu, pour plus d’efficacité dans la prise en charge de ses patients, pouvoir partager avec eux sa compréhension du fonctionnement de l’être humain. Pour cela, il leur expliquait les concepts qu’il avait développés, permettant une prise de conscience rapide des dysfonctionnements vécus par ses clients et de l’origine de ceux-ci.

Etre analyste transactionnel c’est disposer d’une théorie complète de la personnalité et de ce qui l’a modelée. Les thérapeutes pourront ainsi comprendre l’origine des blocages de la croissance de leurs clients, comme des besoins non satisfaits dans l’enfance. C’est disposer d’une théorie de la communication, permettant à travers l’analyse des transactions, des échanges entre les personnes d’aboutir à une communication directe, permettant à chaque acteur d’obtenir les signes de reconnaissance dont il a besoin et permettant « d’aller de l’avant ensemble ». C’est disposer d’une théorie de l’organisation des groupes permettant de diagnostiquer les ‘groupes malades’ selon les mots d’Eric Berne et de définir les modalités d’intervention pour accompagner les groupes et les équipes dans l’atteinte de leurs objectifs. C’est utiliser un certain nombre de procédures et modalités d’intervention dans la relation d’aide, dont la définition d’un contrat est un élément essentiel.